Changement de canal

 

Lors de mon parcours en autobus ce matin, je pensais à quel point Jean Charest, le premier ministre du Québec, paraissait bien lorsqu’il s'est défendu contre Jim Prentice, le ministre fédéral de l'Environnement, cette semaine.   Lundi dernier, M. Prentice a attaqué le Québec parce que la province a adopté les normes californiennes sur les émissions des automobiles, qui sont plus sévères que les normes en matière d’économies de carburant de l’administration américaine sur lesquelles le personnel du ministre a tablé pour créer les règles nationales concernant le kilométrage du Canada. Prentice avance que la province s’est engagée seule dans cette voie, alors qu’en fait, 14 États et quatre autres provinces canadiennes ont adopté des mesures similaires.

J’ai fait la promotion des normes californiennes en étroite collaboration avec des organismes environnementaux américains pendant plusieurs années parce qu’elles sont meilleures que les normes d’économie de carburant du gouvernement américain et nécessitent des améliorations constantes. À l’époque, notre plan consistait à assiéger Détroit et à pousser l’industrie de l’automobile à rendre les armes. Ce qu’elle a fait, non sans réussir à convaincre l’administration Obama d’adopter des normes moins sévères que celles de la Californie.

L’attaque de M. Prentice semblait sortie de nulle part, à peine quelques jours après que ce dernier a annoncé que le Canada allait fixer une cible encore plus faible que la dernière. Ou plutôt, comme beaucoup de personnes l’ont compris, remplacer un mensonge par un mensonge encore pire que le dernier, tout en ne changeant rien du tout. Les environnementalistes et les médias du pays l’ont attaqué de toutes parts.

Dès que le gouvernement sent la soupe chaude, il sort son sac à malices et essaie de changer de canal, comme on dit. En somme, l’expression « l'offense est la meilleure des défenses » était appropriée à la situation. Le gouvernement a donc attaqué les normes du Québec en matière d'automobiles. Il a également visé l’Alberta pour sa gestion des sables bitumineux, mais personne n’a pris cette attaque au sérieux.

Pendant ce temps, le premier ministre Charest participe à une mission commerciale en Inde, non pas pour vendre du sirop d’érable, mais une autre des principales exportations de la province : l’amiante. Vous savez, ce matériau que les scientifiques ont démontré être l’un des produits les plus cancérigènes au monde? Ce produit banni des États-Unis et de l’Europe est vendu seulement dans les pays du tiers monde dotés de lois environnementales déficientes et peu respectées. La semaine dernière, les médecins et les scientifiques québécois ont demandé au gouvernement de cesser d'exporter de l'amiante.

Des activistes indiens, avec un peu d’aide de la part du Sierra Club et de l’activiste canadienne Kathleen Ruff, attendaient le premier ministre. Ils ont organisé une réception à laquelle aucun vendeur itinérant ne souhaite participer : des manifestations et une couverture médiatique pour accuser le Québec de déverser son amiante toxique. Ces événements ont eu des échos dans les médias québécois, et le premier ministre ressemblait beaucoup à un grand apologiste de cette industrie toxique. Le premier ministre s’est vu attaquer parce qu’il a appuyé l’exportation de l’amiante dans les pays en développement et fait figure de voyou. Jim Prentice a été attaqué parce qu’il a renoncé à adopter des mesures contre les changements climatiques comme tout bon complice de l'industrie pétrolière doit faire.

Puis, quelqu’un a changé de canal. L’attaque contre le Québec arrive de nulle part, et les deux ministres se retrouvent dans les bulletins de nouvelles nationaux. Charest fait figure de preux chevalier alors qu'il mène la charge contre les changements climatiques. Et Prentice reçoit des critiques positives de la part de sa base albertaine anti-Québec niant les changements climatiques.

Plus de nouvelles sur l’amiante. Plus de nouvelles concernant le gouvernement fédéral qui recule en matière de changements climatiques. Qui donc a le doigt posé sur la télécommande?!

            

 Support Sierra Club Canada Foundation
and Receive a Charitable Tax Receipt! 

SCC Foundation - Donate Today

READ THE BLOG of Sierra Club Canada Foundation's Program Director John Bennett and follow him on TWITTER

       

Sign-up and get involved...

Receive important news and action alerts!