Les environnementalistes canadiens à la défense de leur pays à Washington

Rue Frontenac
2009-06-03

Par Jessica Nadeau

Depuis lundi, les leaders des neuf plus grandes organisations environnementales canadiennes font de la politique à Washington pour défendre les intérêts des Canadiens auprès des représentants du gouvernement et des groupes environnementaux américains.

Il y a été question bien sûr de changements climatiques et de sables bitumineux.

«Aux États-Unis, ils viennent de passer une première étape avec leur plan sur les changements climatiques qui a été présenté au congrès, soutient Sydney Ribaux, cofondateur d’Équiterre. Nous voulions comprendre chacun des éléments de ce plan de réduction des GES pour s’assurer qu’à court ou moyen terme, le Canada s’engage minimalement à suivre les Américains.»

Selon lui, le Canada n’a plus le loisir de regarder ses voisins du Sud de haut en matière d’environnement. Aujourd’hui, le Canada est clairement devenu «le pire» pays sur la planète en matière de lutte aux changements climatiques.

«Nous voulions d’une part comprendre et, dans un deuxième temps, dire aux Américains que nous avons un gouvernement qui ne fait rien, mais que derrière lui il y a une population très concernée par l’environnement et les changements climatiques et qui est prête à suivre les Américains.»

Campagne massive contre les sables bitumineux

L’autre but du voyage de trois jours qui se termine mercredi était de sensibiliser les Américains aux effets dévastateurs des sables bitumineux.

«Nous sommes allés leur dire qu’il s’agissait d’une des pires catastrophes sur le plan écologique et que le développement se faisait principalement pour servir l’appétit énergétique américain.»

Selon l’environnementaliste québécois, qui était accompagné de plusieurs de ses confrères, notamment de chez Greenpeace, du Sierra Club et de l’Institut Pembina, les États-Unis ont montré «beaucoup, beaucoup d’intérêt » pour le sujet des sables bitumineux.

Les principaux groupes environnementaux américains, qui comptent plusieurs millions de membres, se sont engagés à démarrer des campagnes de sensibilisation contre cette industrie excessivement polluante.

La présidente du National Ressource Defense Counsel ira même faire un tour dans cette gigantesque mine à ciel ouvert dans le nord de l’Alberta.

«Nous avons réalisé à quel point il était important de faire ces visites parce que les Américains ont très peu d’information sur les enjeux liés à l’exploitation des sables bitumineux et celle qu’ils ont provient des lobbyistes engagés par Harper et l’Alberta.

«Disons que dans ces circonstances, ils ont une vision un peu rose de ce qui se passe en Alberta et il était grand temps de venir donner notre version des faits.»

Sign-up and get involved...

Receive important news and action alerts!