Sortir du Nucléaire vous prévient…L'accident de Tchernobyl pourrait se reproduire ici-meme

Sortir du Nucléaire
2006-04-25

<br />
<br />

English Version

Ottawa, le 25 Avril 2006. Une coalition nationale d’organisations marque le 20th anniversaire de Tchernobyl en rappelant aux Canadiens qu’un tel accident pourrait se reproduire chez nous.

Vingt ans après l’accident dévastateur de Tchernobyl causé par la fusion du cœur du réacteur numéro quatre, le nucléaire canadien se présente comme une énergie propre dans un effort désespéré d’obtenir de nouveaux contrats. Les mêmes poisons radioactifs qui se sont dispersés en Russie il y a de cela déjà vingt ans pourraient tout aussi bien être libérés dans un accident d’un réacteur canadien CANDU.

« L’expérience a démontré que les réacteurs nucléaires canadiens ne sont pas fiables, ne sont pas économiques et finalement ne sont pas sécuritaires. En effet, les réacteurs CANDU ont beaucoup des défaut qui ont causés l’accident de Tchernobyl », déclare Gordon Edwards du regroupement pour la surveillance du nucléaire.

Nous énumérons ici les similarités entre les CANDU et les réacteurs à Tchernobyl, les RBMK :

  1. Les centrales nucléaires de l’Ontario et de Tchernobyl sont des stations à quatre réacteurs avec un système de sécurité partagé, ce qui augmente le risque de  libération de radiations.
  2. Le design de chaque réacteur utilise des conduits d’alimentation (au lieu d’un seul large canal sous pression) incluant des tubes pressurisés fait du même alliage. Ces tubes accumulent de l’hydrogène avec le temps ce qui les rend fragiles et cassant.
  3. Alors que la plupart des réacteurs doivent être arrêter chaque année ou tous les deux ans pour  refaire le plein de carburant, le design des réacteurs CANDU et RBMK permet de faire le plein sans arrêt des opérations. Ceci augmente peut-être la productivité, mais rallonge la période avant la prochaine inspection ou réparation. Le réacteur numéro quatre de Tchernobyl avait été en opération pendant deux ans sans aucune interruption lors de son explosion le 26 avril 1986.
  4. CANDU est le seul réacteur en dehors de l’Union Soviétique à posséder le même design que le RBMK ; il a un « coefficient de vide positif ». La formation de vapeur dans le cœur du réacteur augmente la réactivité (plus de fissions nucléaires prennent place), augmentant la puissance, créant encore plus de vapeur et résultant en une perte de contrôle et des accidents. 

Après l’accident de Tchernobyl en 1986, l’agence de contrôle pour le nucléaire au Canada a demandé que tous les réacteurs CANDU aient un système d’arrêt d’urgence. Cependant, à cause de son âge,  la station Pickering A a été exclue de cette réglementation.

«Les réacteurs Pickering sont les plus vieux et les plus dangereux dans le monde. La proximité de la ville de Toronto fait de cette station la seule à être proche d’une telle population» a déclaré Dave Martin de Greenpeace.

“Vingt ans après le désastre de Tchernobyl, le gouvernement du premier ministre de l’Ontario Dalton McGuinty va bientôt faire revivre l’industrie nucléaire. Contrairement à ce que prétend cette industrie, l’énergie nucléaire n’est ni propre, ni sécuritaire. Nous ne pouvons pas nous permettre d’oublier la dévastation d’une catastrophe nucléaire », a déclaré John Bennett du Sierra Club du Canada.

Un rapport de Greenpeace publié la semaine dernière estimait à 270,000 les cas de cancer causés par les retombées radioactives de Tchernobyl, et de celles-ci, 93,000 seraient fatales. Ces chiffres ne sont pas conformes à ce qu’a déclaré l’agence internationale de l’énergie atomique des Nations Unies en septembre 2005, 4,000 à 9,000 morts additionnelles seulement.

Les retombées de l’accident de Tchernobyl ont contaminées plus de 140,000 kilomètres carrés de terres agricoles fertiles soit 23% du Belarus,  5% de l’Ukraine et 1.5% des territoires Russes. Plus de 350,000 personnes ont été forcées de quitter les lieux de façon permanente. Un accident catastrophique dans un réacteur nucléaire en Ontario, au Québec ou au Nouveau Brunswick aurait les mêmes répercussions qu’à Tchernobyl.

- 30 -

Pour information :

Gordon Edwards, Regroupement pour la surveillance du nucléaire, www.ccnr.org
John Bennett, Sierra Club du Canada, 613-241-4611
Dave Martin, Greenpeace Canada, www.greenpeace.org

READ THE BLOG of Sierra Club Canada Foundation's Program Director John Bennett and follow him on TWITTER

       

Sign-up and get involved...

Receive important news and action alerts!