SCC Communique

À diffuser le 25 juin 2003

English Version


BULLETIN DE NOTES ROI : PLUS DE « A « MAIS DES NOTES QUI NE CESSENT DE BAISSER POUR L’ONTARIO, L’ALBERTA ET LA COLOMBIE-BRITANNIQUE

Ottawa – Le Sierra Club du Canada, une organisation environnementale indépendante, a publié aujourd’hui même son onzième Rapport annuel sur les obligations internationales (ROI). Au départ, ce bulletin de notes découlait du Projet Rio Watch lancé après le Sommet de la terre de 1992 à Rio de Janeiro. Cette année, le bulletin de notes a été mis à jour et renommé Rapport sur les obligations internationales (ROI). Les recherches et données utilisées pour ce bulletin de notes ont été compilées en conjonction avec trente autres organisations non gouvernementales.

« Nous sommes reconnus comme étant sévères et cette année nous n’avons pas fait exception », de souligner la directrice générale Elizabeth May. « Mais pendant l’année au cours de laquelle on a ratifié le Protocole de Kyoto et pris des engagements pour créer dix nouveaux parcs nationaux, les notes du gouvernement fédéral se sont améliorées significativement. » La note fédérale sur les changements climatiques a été divisée en deux, avec un « A » pour la ratification du Protocole de Kyoto et une note « incomplet » pour sa mise en oeuvre.

La deuxième note la plus élevée pour le gouvernement fédéral a été donnée parce qu’il a honoré ses engagements nationaux pour la protection de la biodiversité (B+) alors que la note la plus basse a été un « F » pour l’intégration des objectifs environnementaux et commerciaux. Le gouvernement fédéral a perdu des points pour avoir affaibli la mise en œuvre de la loi sur les espèces en danger en en retardant l’application de parties importantes. La gestion fédérale des ressources marines, après un examen complet, a obtenu un « C » avec des messages musclés envoyés au ministre Thibault lui disant que la vie dans les océans est menacée. Le bulletin de notes ROI a appuyé la décision du ministre Thibault en ce qui a trait au stocks de morue à Terre-Neuve, l’a encouragé à protéger les zones de pêche sensibles contre l’exploitation pétrolière et gazière et à respecter les engagements pris pour protéger le saumon sauvage de la C.-B.

Pendant ce temps, des provinces ont également faits des progrès importants. Les meilleures notes décernées aux provinces, cette année, sont allées à l’ancien gouvernement de Bernard Landry, au Québec. Après des années de négligence, la province a enfin commencé à protéger la vie sauvage; en effet, sa note pour la biodiversité est passée d’un « D » à un « B » et la province a reçu la note la plus élevée accordée à une province pour le changement climatique, un « A- ». Le Nouveau-Brunswick s’est classé deuxième avec un « B » pour le changement climatique et une note plus faible, « C+ », pour la biodiversité. L’Alberta et la Colombie-Britannique arrivent au dernier rang. Les gouvernements de Ralph Klein et de Gordon Campbell ont obtenu deux « F » chacun. L’Ontario d’Ernie Eves s’est classé un peu mieux avec un « D- » pour la biodiversité et un « F » pour le changement climatique.

« Dans la recherche de tendances, il semble que les conversions de dernière minute sont bonnes pour l’environnement, de commenter Elizabeth May. Alors que Jean Chrétien n’en finit pas de faire ses adieux, il respecte enfin les promesses qu’avaient notées Paul Martin dans son Livre rouge. » Confrontés à une élection, le premier ministre du Québec Bernard Landry (qui a perdu) et le premier ministre du Nouveau-Brunswick Bernard Lord (qui a gagné avec une très faible majorité) semblent avoir amélioré leur performance. Espérons que le même phénomène frappera bientôt le premier ministre de la Nouvelle-Écosse John Hamm qui traîne derrière tous les autres premiers ministres de la côte Est avec deux F et un C. ». Alors que le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a promis d’implanter son Programme Vert très bientôt, les mauvaises notes de la N.-É. sont provisoires. Un nouveau bulletin de notes ROI sera émis pour le gouvernement de John Hamm si son programme protège les principaux écosystèmes terrestres et marins ainsi que la santé humaine.

Aucune explication pour les tendances n’est parfaite. Malgré une élection, la performance du Manitoba sur la biodiversité ne s’est pas améliorée bien que la province ait amélioré sa note pour le changement climatique.

Tous les bulletins de notes ROI des dernières années sont disponibles sur le site Web du Sierra Club du Canada: www.sierraclub.ca/national/rio

– 30 –

Pour information:
Sierra Club du Canada,
613-241-4611



SCC
> National > Media > Communiqué